💞 CompĂ©tition, collaboration et applis de rencontres.


Vendredi dernier, c’Ă©tait les retrouvailles avec les Ă©tudiant-e-s du Master Management de Clusters et RĂ©seaux territoriaux pour causer intelligence collective.

J’ai pris le temps de reposer quelques fondamentaux, parce qu’on s’embarquait un peu vite dans « le collaboratif c’est bien, la compĂ©tition ça pue. »

Alors je leur ai demandé de citer des exemples de systÚmes compétitifs vecteurs de performance.

Assez vite, on a pensé au sport, aux records du monde; ou aux concours, qui sont compétitifs, quand un examen est simplement sélectif.

Et puis une main un peu hĂ©sitante s’est levĂ©e.

« Les applis de rencontre? »

J’ai adorĂ© cet exemple! Oui, les applis de rencontre oĂč il faut dire j’aime/j’aime pas avant d’accĂ©der au profil suivant sont hyper compĂ©titives. Elles invitent Ă  prĂ©senter de soi un profil « parfait », « meilleur » que ceux des autres avec qui on sera comparĂ©-e.

Sont-elles vectrices de performance? ça se discute.
Elles sont plutĂŽt vectrices d’anxiĂ©tĂ© et de pression si j’en crois l’Ă©change qu’on a eu…

Alors j’ai demandĂ©: « à quoi ça ressemblerait une appli de rencontre collaborative? »

« On pourrait se recommander des personnes les uns aux autres, comme on le fait avec nos amis »

Exactement.

Dans notre sociĂ©tĂ©, l’amour est un marchĂ© compĂ©titif, basĂ© sur la concurrence, l’exclusivitĂ© et potentiellement gĂ©nĂ©rateur de jalousie. Il faut (re)lire Extension du domaine de la lutte, ou King Kong Theorie

Alors que l’amitiĂ© est un espace collaboratif, oĂč l’on peut avoir plusieurs ami-e-s, les prĂ©senter les un-e-s aux autres, les rassembler pour nos anniversaires, et dĂ©multiplier les connexions.

đŸ’ȘLa compĂ©tition c’est bien, ça stimule et incite Ă  donner le meilleur de soi-mĂȘme.

đŸ€˜ Mais vous ne m’enlĂšverez pas de l’idĂ©e que la collaboration c’est mieux.